L'Europe adore les p'tits Suisses

13 décembre 2013 - 06:14

Le Bayern a payé 12ME au FC Bâle en 2012 pour attirer Xherdan Shaqiri
Rivale numéro un des Bleus (sur le papier) au 1er tour du Mondial (20 juin 2014), la sélection suisse est la pointe avancée d'un football en pleine forme, grâce notamment à des efforts de formation qui font de la Confédération l'un des plus gros exportateurs de joueurs au monde...
L'Europe du foot, la grande, est à leurs pieds. Un record de 41 joueurs suisses évoluent cette saison dans les cinq Championnats majeurs. Ils étaient 36 en 2012-2013, moitié moins il y a dix ans. Les trois-quarts jouent en Italie et en Allemagne, quelques-uns en Angleterre et en Espagne, trois seulement en France (1). «La Suisse s'est hissée au 5e rang des pays exportateurs de joueurs, et même à la 2e place, derrière l'Uruguay, si l'on tient compte de la taille du pays (8 millions d'habitants), relève Raffaele Poli, de l’Observatoire du football du Centre international d’Etude du Sport, à Neuchâtel (2). Non seulement les expatriés jouent dans des clubs de haut niveau (seuls les Belges gagnent sensiblement plus de points avec les leurs), mais leur temps de jeu approche celui des Brésiliens et dépasse celui des Portugais.» Drmic (Nuremberg) et Kasami (Fulham) ont gonflé l'été dernier le contingent des jeunes internationaux de l'étranger, emmené par Shaqiri (Bayern) et Xhaka (M'gladbach), tous des "segundos" (enfants d'immigrés), à l'image d'une sélection multiculturelle où se lisent en creux les soubressauts balkaniques des années 90.
«La Suisse n'a pas d'autre choix que cette forme de dépendance à la vente» Pour Simon Kuper, chroniqueur sport au Financial Times (3), «lorsqu'un club achète un joueur suisse, il sait qu'il ne sera pas forcément un dribbleur génial, mais un gars bien formé, affûté, discipliné et tactiquement dans le coup. Les Suisses s'intègrent aussi plus aisément parce qu'ils sont polyglottes». Facilité par des salaires assez faibles en Super League et indispensable à son équilibre financier (sans les transferts, la D1 suisse affiche un déficit d'exploitation de près 20%), le succès à l'exportation est le fruit d'une vigoureuse politique de formation, inspirée, au milieu des années 90, par le modèle français. Avec une part de risque, prévient Wulfran Devauchelle, expert sport chez Kurt Salmon : «Ces revenus peuvent chuter en cas de creux générationnel et le financement de la formation dépend en partie de la présence de la sélection dans les grands tournois. Mais la Suisse n'a pas d'autre choix que cette forme de dépendance à la vente : le pays a beau être riche, il est trop petit pour les gros mécènes.»

Hitzfeld sauve son salaire

Pour l'instant, tout va bien. Les jeunes flambent (champions du monde U17 2009, vice-champions d'Europe U21 2011), les A se sont qualifiés pour leur 4e Coupe du monde en 20 ans sans perdre un match, et les clubs, dans le sillage du FC Bâle, éliminé de justesse mercredi de la Ligue des champions, n'ont jamais été aussi bien classés à l'indice UEFA (13e). Grâce à une fréquentation inédite (12 000 spectateurs de moyenne l'an dernier contre 20 000 en France, huit fois plus peuplée), et un panier moyen à la hausse dans leurs stades en partie modernisés pour l'Euro 2008, les dix clubs de l'élite tirent 40% de leurs revenus des recettes "match day" (moins de 20% en France). Les droits TV sont, en revanche, sous-évalués : 24ME par an pour la D1 et la D2, une aumône comparée aux 607ME français (25 fois plus !). Bonne nouvelle ? Le foot suisse vient d'échapper au plafonnement des hautes rémunérations : l'"initiative 1-12" (pas de salaire supérieur à douze fois le salaire de branche le plus faible) a été retoquée le mois dernier par votation (référendum). Ottmar Hitzfeld peut respirer. Le sélectionneur allemand de la Nati gardera son salaire annuel d'un million d'euros, augmenté des belles primes promises pour son parcours de feu.

(1) Le défenseur François Moubandje (23 ans) à Toulouse, le gardien Jérémy Frick (20 ans) et le milieu de terrain Kevin Tsimba (19 ans) à Lyon, tous issus du Servette Genève.
 
(2) Coordinateur des études "Swiss Football Study" (décembre 2012) et "Challenge League Study" (sur la D2 suisse, novembre 2013)
 
(3) "Les attaquants les plus chers ne sont pas ceux qui marquent le plus", avec Stefan Szymanski (Ed. De Boeck, juin 2012).

Commentaires

2-2
U13 (1) / agiir 4 jours
U13 (1) / agiir : résumé du match 4 jours
U13 (1) / agiir 4 jours
3-3
U13 (1) / RIEDISHEIM F.C. 15 jours
U13 (1) / RIEDISHEIM F.C. : résumé du match 15 jours
4-4
MULH BOURTZWILLER / U13 (1) 18 jours
MULH BOURTZWILLER / U13 (1) : résumé du match 18 jours
Seniors F 2 : nouveau joueur 19 jours
2-1
HÉSINGUE U.S / Seniors F 2 19 jours
HÉSINGUE U.S / Seniors F 2 et WOLXHEIM C.S / Seniors F 1 : résumés des matchs 19 jours
0-4
WOLXHEIM C.S / Seniors F 1 19 jours
U13 (1) : nouveau joueur 25 jours
F
HUNINGUE A.S. / U13 (1) 25 jours
HUNINGUE A.S. / U13 (1) et 4 autres : résumés des matchs 25 jours
1-8
U13 (1) / RACING H.W. 96 25 jours

RECRUTEMENT

Pour toutes inscription et/ou renseignement pour la saison prochaine vous pouvez joindre :

- Section Masculine : Manuel Navarro 06.15.97.86.90
- Section Féminine : Didier Fuchs 06.08.02.40.93

INFO CLUB LAFA

..............INFO.CLUB.LAFA..........................

..............INFO.CLUB.LAFA.........................