Serge le lama, mascotte des Girondins de Bordeaux

9 novembre 2013 - 19:42

Serge le lama, mascotte des Girondins de Bordeaux : l'histoire d'un buzz transformé en produit marketing

Depuis son escapade dans un tram bordelais, Serge le lama est devenu une "icone" internationale. Un buzz géant sur les réseaux sociaux et dans les médias sur lequel les professionnels du marketing ont choisi de surfer pour le transformer en un produit marketing. Serge le lama sera ainsi sur la pelouse du stade Chaban-Delmas pour assister au match Bordeaux-Nantes.

Personne n’a oublié l’escapade pour le moins insolite d'un lama prénomé Serge, embarqué il y a une dizaine de jours dans un tram bordelais par cinq étudiants alcoolisés. Un fait « divers » qui a fait le "buzz" depuis. Sur les réseaux sociaux tout d’abord où son histoire a rapidement suscité des milliers de tweets et de posts sur Facebook. Mais également dans les médias qui se sont largement emparés de cette histoire qui a fait le tour du monde.

Devenu un phénomène du net (la page Facebook "Souiten aux 5 Bordelais qui ont promené "Serge" le lama dans un tramway" compte actuellement près de 843 000 adeptes) depuis sa folle équipée, Serge le lama dont la notoriété a largement dépassé les frontières, s’est transformé en un produit marketing sur lequel il est bon de communiquer. Et les professionnels n'ont pas tardé à embrayer.

Le club de foot des Girondins de Bordeaux qui évolue en Ligue 1 a été un des premiers. Et lorsqu’on se rend aujourd'hui sur le site internet officiel du club, on voit ainsi apparaître le camélidé sur la page d’accueil du site, une écharpe aux couleurs du club autour du cou. Avec cette question en suspens : « Serge le lame, où seras-tu dimanche à 14h ? »

Une interrogation en forme de teasing destinée à ramener quelques spectateurs supplémentaires au stade. En cliquant sur ce lien, on apprend en effet que Serge - qui aurait tout aussi bien pu se voir rebaptiser Bernard pour l’occasion - et son dresseur seront présents au stade Chaban-Delmas ce dimanche après-midi pour assister à la rencontre de Ligue 1 entre Bordeaux et Nantes. Pour donner le coup d’envoi du match ? Après tout on n’est plus à une absurdité près dans cette histoire rocambolesque.

Supermarchés, équipes sportives, associations caritatives, discothèques, tous veulent profiter du succès de l’animal

Les Girondins de Bordeaux ne sont pas les seuls à tenter de mettre à profit de cette histoire. Selon l’AFP, plusieurs enseignes bordelaises ont fait du lama leur porte-étendard, mais aussi des sites de e-commerce comme Air France ou encore le comité du tourisme du Gers qui n’ont pas hésité à utiliser l’image du camélidé pour faire leur promotion.

«Le Pérou et ses animaux célèbres dès 998 EUR. #lamadebordeaux», a ainsi tweeté Air France le 4 novembre, avec une photo des ruines de Machu Picchu et un lama en premier plan. Résultat : 240 re-tweets et 2.000 interactions sur la page Facebook, selon la compagnie.

«Le buzz est très éphémère : si vous voulez en profiter, il faut être hyper réactif», confirme José Luis Pereira, directeur du comité départemental du tourisme du Gers, sur les réseaux sociaux depuis quatre ans, et qui fait s’indigner le lama sur fond de paysage gersois : « Pourquoi ils ne m’ont pas emmené dans le Gers ! ». Cela permet une «campagne moins lourde en termes de coûts, avec une force de frappe démultipliée», souligne M. Pereira. 

L’Unicef (Fonds des Nations unies pour l’enfance) a enchaîné aussi sur le camélidé, mais avec une distinction de taille : son tweet posté le 4 novembre, met en parallèle l’effervescence autour de l’animal, et celle que devraient susciter les droits de l’enfant dont ce sera la Journée mondiale le 20 novembre.

«Devinez qui buzze le + ? A. Serge le lama dans le tram. B. Kiara, 5 ans, enfant pauvre», demande l’Unicef dont le tweet juxtapose deux photos : l’une montrant le lama lors de son équipée en tram, l’autre une enfant en train de vendre de menus objets dans un métro de Buenos Aires. «RDV le 20 novembre», conclu le tweet.

«La campagne ne cherche pas à avoir un propos sur le buzz initial (le lama), mais à questionner sur la place que peut avoir un certain sujet sur les réseaux sociaux, dans les médias, et quelle place devraient avoir les droits de l’enfant dans ces mêmes sphères», a expliqué Laura Huyghe, chargée de communication web d’Unicef-France.

Comme pour Air France ou le Gers, Twitter et le post sur «Serge» ne sont, pour l’Unicef, «qu’une toute petite partie» d’une campagne de communication beaucoup plus large. Aux côtés d’une demi-douzaine de buzz récents présélectionnés par l’organisation, place avait été laissée pour des thèmes qui s’inviteraient sur les réseaux sociaux entretemps. Ainsi le lama bordelais.

Le cirque bientôt sur Facebook et Twitter

Quant au directeur du cirque franco-italien, propriétaire de Serge, son téléphone ne cesse plus de sonner pour des sollicitations les plus diverses : supermarchés, équipes sportives, associations caritatives, discothèques, tous veulent profiter du succès de l’animal. Présent uniquement sur le net via un simple site internet, il envisage désormais, lui aussi, de promouvoir son cirque familial... en ouvrant une page Facebook et un compte Twitter.

Commentaires

RECRUTEMENT

Pour toutes inscription et/ou renseignement pour la saison prochaine vous pouvez joindre :

- Section Masculine : Manuel Navarro 06.15.97.86.90
- Section Féminine : Didier Fuchs 06.08.02.40.93

INFO CLUB LAFA

..............INFO.CLUB.LAFA..........................

..............INFO.CLUB.LAFA.........................